Make your own free website on Tripod.com
Table des matières


Introduction

1 Les personnages de Jim Jarmusch et l'errance

1.1 Les personnages
1.1.1 Les personnages principaux
1.1.2 Les femmes
1.2 Pourquoi partir?
1.3 Le voygae et ses rencontres
1.4 L'engagement de Jarmusch

2 Procédés de narration / montage / musique

2.1 Procédés de narration
2.1.1 Un parti pris de narration en décalage avec la fiction
2.1.2 Astuces d'écriture
2.1.3 Le temps
2.1.4 Correspondances
2.2 Montage
2.2.1 Un montage "transparent" "vérité"?
2.2.2 Le sorcier du temps
2.3 Cadre et composition
2.3.1 Un cadre qui sert la narration
2.3.2 L'escape
2.3.3 Les mouvements de caméra
2.4 Musique
2.5 Mise en scène

Conclusion

Bibliographie, Filmographie & Notes de fin de document


3IS 1999

Directeur de mémoire: Serge Taïeb

E-mail Benoit Lelong.

Un voyage
avec
Jim Jarmusch

par Benoit Lelong


Prologue

Dans Down by law, quand Jack et Zack sont tous les deux en prison, dans la même cellule, ils n'ont pas besoin de parler pour dire ce que chacun ressent. Jarmusch nous le montre et le met très justement en scène. Ces moments où il ne faut pas parler, ces moments où il suffit de se regarder ou de se tourner le dos, ces moments entre deux phrases, les silences, c'est ce qui m'a marqué chez Jim Jarmusch et qui m'a poussé à me pencher sur son œuvre.

J'ai vu tous les films de Jim Jarmusch à l'exception des trois courts métrages de la série "coffee and cigarettes". J'ai retrouvé dans ces autres films cette fraîcheur, cette précision dans la peinture du temps, de la psychologie des personnages. (Fel! Hittar inte referenskälla.p. Fel! Bokmärket är inte definierat.)

Je suis d'abord allé chercher des informations sur Internet. J'ai d'ailleurs été surpris du nombre de sites dédiés au réalisateur étant donné qu'il n'existe que quatre monographies dont un livre de photos. N'ayant pas eu immédiatement accès à ces livres, je me suis rendu au siège des "Cahiers du cinéma" dans le passage de la Boule Blanche pour voir dans leur archives les articles qui mentionnaient le nom de Jarmusch. Les différents interviews ont été une source d'inspiration formidable car cela me permettais de donner ma propre sensibilité par rapport aux films tout en sachant ce que Jarmusch y mettait sans l'intermédiaire d'un livre qui déjà faisait son interprétation. Elhem, Andrew m'ont permis de confirmer ce que je ressentais. En essayant de trouver mon inspiration là où Jarmusch la trouvait, en écoutant Waits et Young en écrivant, en savourant ses paroles, je me suis fait mon interprétation.

Je lui ai proposé ces dernier jours de lire ce que j'avais écris par souci de précision; j'attend sa réponse.

Mon directeur de mémoire, Serge Taïeb, est un réalisateur qui justement est en train de soumettre un projet de documentaire sur Jarmusch.

Je le remercie pour tous les conseils qu'il a su m'apporter, pour la sensibilité de son analyse et pour tout le temps passé à travailler ensemble.